Commentaire sur les marchés 29/05/20: Le post-COVID-19

mercats financers

Des chiffres intéressants ont été publiés au niveau macro ce matin, car ils ont été supérieurs aux estimations du marché. Dans le cas des ventes au détail en Allemagne pour l’Avril, elles ont baissé de 5,3% par mois, loin des -12% estimés. Le taux annuel, comme prévu, accélère son taux de baisse par rapport à la lecture de Mars. En Avril, il se situe à -6,5%, loin des -14,3% du consensus. Le PIB final du 1T20 a été publié en France. Au cours de la période, l'économie a connu une contraction trimestrielle à un taux annualisé de 5,3%, ce qui représente une amélioration par rapport aux -5,8% initialement publiés. Quant à l'inflation au cours du mois de Mai, les prix n'auraient pas connu de changement, tandis que le taux annuel céderait un dixième à 0,2%. Quant à M3, le taux de croissance de la masse monétaire dans la zone euro s'est accéléré en Avril pour atteindre un taux annuel de 8,3%, contre 7,5% en Mars. Cette augmentation s'explique par les injections de liquidités de la BCE. Aux États-Unis, l'accent sera mis cet après-midi sur les revenus et dépenses personnels, chiffres d'Avril. Ainsi que le chiffre final de l'enquête sur la confiance des consommateurs menée par l'Université du Michigan correspondant au mois de Mai. Une amélioration timide est attendue par rapport à la lecture initiale.

Du côté micro-économique et dans le sillage du plan d'aide au secteur automobile présenté par le président Macron, Renault a annoncé aujourd'hui une profonde restructuration qui concernera jusqu'à 15 000 travailleurs et plusieurs usines dans le monde. Les soins d'amincissement réduiront la capacité de production d'ici 2024, des 4 millions de véhicules actuels à 3,3 millions par an. Avec ces mesures et d'autres, l’on cherche à générer des économies de 2 milliards d'euros au cours des 3 prochaines années. Renault, Nissan, Airbus Rolls Royce, IAG ... et une longue lignée d'entreprises ont annoncé des programmes de restructuration pour faire face aux changements structurels de la pandémie.

40% des emplois, perdus.

En ce sens, une étude réalisée par des économistes de l'Université de Chicago estime que plus de 40% des emplois perdus pendant la pandémie ne seront pas récupérés après celle-ci. Cela ouvre un débat sur s’il est pertinent d'allouer des ressources sous forme de généreuses allocations de chômage aux personnes qui espèrent reprendre le travail dans un emploi qui n'existe plus. COVID-19 a été un accélérateur de la transformation de l'économie et par extension de la société, sans période

Sur le plan politique, les tensions augmentent entre la Chine et les États-Unis sur le statut spécial de Hong Kong. Les investisseurs craignent la réponse de Trump. Hier, des hommes d'affaires américains ont appelé à la contention dans la réponse et, dans le même sens, les autorités de Hong Kong ont mis en garde contre les dommages que les États-Unis pourraient également subir. Avec des chiffres en main, entre 2009 et 2018, les États-Unis ont accumulé un excédent commercial avec Hong Kong d'une valeur de 297 milliards de dollars, le plus grand de ses partenaires commerciaux. De plus, 1 300 entreprises nord-américaines sont basées à Hong Kong.

Nous terminons avec les deux derniers points. Nous ne quittons pas l'Asie aujourd'hui pour la recommandation de films pour ce long week-end pour certains. Le super primé film :  Parasite primé du réalisateur sud-coréen Bong Joon-ho. Critique sociale, humour, conflits éthiques, un bon cocktail en somme. Si jamais vous vous trouvez devant un parasite seul ne vous fiez pas à lui, non loin vous trouverez son entourage.

Aujourd'hui, nous avons mis fin à la publication des notes quotidiennes émises depuis plus de deux mois, coïncidant avec la pandémie. Je tiens donc à remercier le suivi des lecteurs tout en espérant que ces notes ont été utiles d'un point de vue informationnel et qu'elles ont également pu donner des idées sur le plan de l'investissement. Merci de votre attention et du temps passé à lire. Bonne chance et surtout, santé.