Le sophisme de la perte totale et la peur de regretter

inversiones control riesgo psicologia financiera wealth management banca privada

Dans les articles précédents, nous avons vu l'aversion au risque et la peur de subir des pertes. Dans le présent article, nous parlerons d'une troisième crainte qui, associée aux deux autres, forme un cocktail destiné à nous faire douter de notre portefeuille d'investissement.

Un sophisme est un argument faux ou erroné destiné à se faire passer pour vrai. Le grand problème dans le monde des investissements n'est pas de mentir, mais de se mentir à soi-même, et lorsque nous raisonnons de manière incorrecte en croyant que c'est parce que nous avons peur de perdre que nous prenons la décision la plus sensée, il y a une forte probabilité que nous commettions une grave erreur dans nos investissements.

destacat

Un exemple très fréquent est la façon dont nous nous justifions lorsque le marché est à la baisse. Tout ce qui peut éviter une perte totale est considéré comme valable, et c'est précisément ce type d'attitude qui nous conduit à penser que la meilleure chose à faire est de ne pas vendre une action qui a beaucoup baissé parce que, comme nous le savons, on ne perd pas en bourse tant qu'on n'a pas vendu. Tant qu'elle n'est pas vendue, la perte n'est que « théorique ». Ces affirmations entraînent des conséquences pratiques.

D'une part, plus on perd sur une action, plus la tentation est forte de la conserver, et même d’en acheter davantage dans l'espoir de retrouver la position initiale grâce à un rebond. C'est là qu'on se dit... « Je baisse le prix moyen de mes achats ».

D'autre part, plus nous renforçons la position que nous avons sur une action, plus il sera difficile de la liquider ou de s'en débarrasser. À mesure que nous accumulons les handicaps, il devient de plus en plus difficile de prendre la décision radicale de défaire les positions et d'admettre que nous nous sommes trompés. Nous refusons d’accepter que tous les efforts que nous avons déployés ont été vains et nous craignons fort de regretter les décisions prises.

Si la peur de perdre influence suffisamment nos décisions, la peur de commettre une erreur et de devoir la rectifier les détermine également. Comme pour les pertes, les regrets sont également nuisibles car ils nous donnent une mauvaise image de nous-mêmes.

destacat

En général, nous préférons ne rien faire à propos des autres options possibles et nous traitons les informations qui nous parviennent de manière subjective afin d'éviter de discréditer nos choix précédents. Dans ce cas, nous mettons ces actions de côté et une autre expression assez courante d'auto-illusion émerge alors : « c'est un investissement à long terme ».

Une fois que nous avons acheté des actions, surtout si nous l'avons fait après un long processus de décision, un comportement assez habituel se dessine. À partir du moment où nous les avons acquise, nous ignorons inconsciemment les actualités provenant de cette entreprise. Cette attitude est d'autant plus exagérée lorsque, une fois que nous avons acheté les actions, leur prix baisse et le temps passe après avoir acheté d'autres actions de la même société.

Ce comportement n'est pas très différent de ce qui se passe quand nous achetons une voiture ou une maison, une fois que nous avons fait l'achat nous nous efforçons au maximum de ne pas lire les publicités des modèles d'autres marques ou d'autres offres immobilières, nous défendons coûte que coûte notre choix même si nous constatons plus tard que nous aurions pu acheter moins cher.

En réalité, le fait de regretter nuit à notre ego et c'est précisément cet ego qui nous fait commettre de nombreuses erreurs en matière d'investissement. C'est pourquoi il est important d'avoir un avis professionnel indépendant pour nous aider à prendre des décisions de manière moins subjective et avec plus de distance émotionnelle afin de pouvoir analyser les options avec calme.